Pourquoi font-ils tellement de bruit pour « Une séparation » ?

Pourquoi font-ils tellement de bruit pour « Une séparation » ?

Tous les ans, il y a des centaines de films du même genre que « Une séparation », y compris avec une technique et un scénario plus puissant, qui se font en Europe et aux Etats-Unis. Ce film, même en comparaison avec les films de la République islamique, est très banal. En effet, le cinéma et la télévision de la République islamique produisent des dizaines de films du même genre mais de meilleure qualité. Ces films montrent des difficultés familiales et des problèmes dans les relations entre hommes et femmes, non pas sur la base des principales racines que sont l’injustice et la différence de classes sociales en Iran, mais sous l’angle de la moral et de l’hypocrisie religieuse, et de la culture de la classe dominante.

Mais la réalité est qu’en Iran, ce qui est le problème principal des familles, c’est la pauvreté et en même temps le développement de la culture de la consommation commençant par rideaux et meubles, et allant jusqu’à la folie des opérations esthétiques en passant par des vêtements et des cosmétiques, dans une société malade où les rivalités font de plus en plus dégénérer la société.

Dans une société où les principes et les critères tombent aussi bas, il est clair que les relations familiales se perdent. Quand une grande partie de la société qui n’a rien et qui regarde les palais qui crèvent le ciel et la vie légendaire des riches, il est clair qu’elle aura des dizaines de problèmes psychologiques et familiaux.

Mais ce genre de films est réalisé pour éloigner les esprits de la société des racines principales des difficultés en les habillant des justifications religieuses : oui, les gens ne doivent pas avoir des malentendus entre eux – surtout sous la protection d’un gouvernement dont la base est le mensonge ! – ne doivent pas douter des autres sans raisons et avec raisons ( !), et ce genre d’absurdités religieuses qu’ils font avaler à la société.

Mais ce film, y compris en racontant ces absurdités religieuses, a fait un travail banal et du déjà vu.  Alors, pourquoi autant de bruit  des gouvernements occidentaux et  des festivals de cinéma autour de ce film comme si cela était un événement dans le cinéma mondial ?

En réalité jusque-là, il n’y a jamais eu autant de félicitations pour un film étranger, allant du président de la République française et les politiciens de l’Etat au ministère des affaires étrangères des Etats-Unis d’un côté et de l’autre, plusieurs prix de Fadjr – le festival du régime – dont l’actionnaire principal est la banque Passargade liée à l’armée des Pasdarans du régime islamique, tout cela pour l’accompagner aux Oscars !

Pourquoi avec autant de publicités et de prix,veulent ils veulent mettre ce film devant le monde entier et le montrer important pour qu’il soit discuté par les mercenaires du régime jusqu’à la soi-disant l’opposition à la République islamique à l’étranger ?

Sans aucun doute, ce volume de publicité et les applaudissements artificiels et forcés ne montrent qu’une réalité : tout ce bruit n’a rien à voir avec le film en tant que tel, mais il y a des questions plus importantes pour différents Etats, et les dirigeants des festivals et des médias, et ce film n’est qu’un prétexte… Cette fois-ci, c’est « Une séparation » qui est le prétexte.

Si à l’époque ceci était pour renforcer les réformistes, ils auraient donné la médaille à Khatami, mais cette fois-ci tout ce bruit retourne à la situation explosive de la société iranienne et la pauvreté, le malheur et la pression sur les épaules de la population et qui pourront être les prémisses d’une explosion sociale. Si celle-ci arrive et ceux qui sont au pouvoir dans le village du monde n’arrivent pas à avoir le contrôle et la domination sur la situation, alors c’est clair que leurs intérêts vitaux seront en danger non seulement en Iran mais aussi dans la région.

Alors pour éloigner ou retarder ce danger, ils veulent, sous prétexte de mettre en avant ce film, donner une joie, une gloire et une fierté nationaliste à une société sous pression et humiliée pour qu’elle soit honorée qu’un film « iranien » soit arrivé au niveau des Oscars et, qu’évidemment, le ventre affamé de son enfant sera rempli par cette fête et cette joie infernales.

C’est normal qu’une société qui n’a aucun espoir et aucun fil auquel s’accrocher, dont l’identité était détruite, et qui se noie dans la misère et la pauvreté, veuille maintenant  gagner une fausse joie et un faux calmant pour avoir une tranquillité y compris même si cela est à court terme.

Un spectacle du même niveau que le match de football d’il y a quelques années entre l’Iran et les Etats-Unis…

Sans aucun doute pour éloigner  le danger  d’une explosion sociale, on n’utilise pas seulement les moyens de cinéma mais aussi tous les moyens, et le cinéma est un des moyens les plus influençables et les plus « bling bling ». Ces gens-là jouent quotidiennement sur beaucoup de « tours » dans la société pour occuper les masses pour qu’elles ne se révoltent pas, y compris sur la population iranienne. Après les « chers dirigeants sympathiques » iraniens, ils flattent aujourd’hui la « chère population d’Iran » pour mieux la piller.

D’un côté, le ministère des affaires étrangères américaines décrit ce film comme un document montrant la richesse et la souplesse de la culture iranienne ( !) et d la gloire de l’Iran et de l’autre côté, les autorités du ministère d’Ershad d’Iran, le décrit comme l’honneur et la gloire de l’Iran et les Iraniens.

Toutes ces ruses et impostures sont autant de signes qui montrent comment ces gens-là ont peur de la société explosive iranienne. S’ils n’avaient pas peur du soulèvement d’un mouvement réel d’une population opprimée et réprimée, ils n’auraient pas besoin de toutes ces bougeottes et ces manœuvres pour mettre en avant un film du niveau de « Séparation » comme prétexte. Mais comme disaient les sages : « y compris l’Oscar ne sauvera pas la République islamique haïe, le seul sort de ce régime pourri est sa destruction. »

Lila Ghobadi

(Cinéaste en exil)

22 mars 2012

lilacforfreedom@gmail.com.

Pin It

Comments are closed.