« Lettre ouverte » aux journalistes des médias, aux artistes et aux femmes, hommes politiques!

image

« Lettre ouverte » aux journalistes des médias, aux artistes et aux femmes, hommes politiques!
« Qui ne connaît pas la vérité n’est qu’un ignorant
mais qui, la connaissant la dissimule, celui-là est un criminel « 
Bertolt BRECHT

Faut-il choisir entre la peste et le choléra ?

Messieurs Hugo, Montesquieu, Zola, si aujourd’hui je me bats contre les injustices, c’est votre faute et celle Voltaire, Diderot et d’autres penseurs et gardiens de la démocratie et la justice ! Alors je vous supplie de revenir en vie et venir à mon secours, car personne ne veut de nous les exilés engagés et obligés de partir de chez nous à cause d’un régime préhistorique qui nous a été imposé.

Oh! Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je souhaite être à la place d’un berger dans un petit village loin, très loin des médias et de la route d’information et m’occuper de mes bêtes !
Hélas, aujourd’hui c’est trop tard, moi l’artiste sensible aux malheurs d’autrui, je suis au centre des infos sur les gens affamés, les enfants exploités, les violences faites aux enfants et aux femmes, tortures, emprisonnement de ceux qui réclament un peu de liberté d’expression et exécutions journalières des petits délinquants, victimes des systèmes dictatoriales, les réal politiques qui les protègent, guerres sans fin, l’immigration massive des peuples à cause des pouvoirs criminels, etc.
Que vous voulez que je fasse? Fermer les yeux sur toutes ces injustices et discriminations? Trop tard! Désolé c’est dans ma nature et il m’est impossible de faire semblant d’être aveugle, sourd et muet! Peut être dans une autre vie!

Après toutes ces années passées en France, après mon départ forcé d’Iran à cause d’un régime criminel qui n’était et ne sera jamais le mien après toutes ces souffrances, je suis et serais toujours fidèle à mes convictions. Vous me connaissez pas très bien, mais sachez que je ne suis pas diplomate, si je suis critique envers les artistes neutres, par contre, je défends les artistes sans voix, et chez mes amis je suis reconnu pour mon franc-parler.
Certains me conseillent d’être plus diplomatique dans mes
interventions ou dans mes écrits.
Je rappellerai, par contre, que mes nombreuses exclamations de colère, sont fondées et justes. Je me documente énormément, je donne des exemples précis et concrets, alors je remarque que mes interventions ont souvent plus d’impact.
Ce n’est pas toujours bienvenu de dire ce que l’on pense!
Je me suis fait des beaucoup d’ennemis et aussi beaucoup d’amis.
Les personnalités qui m’invitent pour les débats et qui me demandent mon avis savent que je ne n’enjoliverai pas mon discours. Ils savent aussi que mes critiques seront documentées et argumentées.

Si des gens indifférents sont choqués par ce que je peux dire de leur
inactivité, tant pis, si d’autres savent en tirer parti et réagir, ce sera tant mieux pour nous.

Dans la vie, on ne peut pas plaire à tous et ceux qui se choquent de
l’intensité de mes écrits sont mis face à la réalité, comme ceux qui soutient les artistes pro régime des ayatollahs d’Iran et je suis bien placée pour savoir que l’état islamique d’Iran est très rusée : elle a crée une opposition de façade, avec les membres de sa famille.

Faut-il choisir entre la peste et le choléra ? Pour moi, dans ce cas, ce sera ni l’un ni l’autre, car l’un ne peut vivre sans l’autre!

La pieuvre tentaculaire, s’est entourée dans chaque pays de politiciens, avec la caution de journalistes, d’écrivains, de poètes, d’artistes, de soi-disant défenseurs de droit de l’homme obéissants, acquis pu ou prou à ses idées, embauchant les meilleurs attachés de presse.

Non, ce n’est pas toujours bienvenu de dire ce que l’on pense!

 

Pin It

Comments are closed.