Exilé et son rôle en exil !

image

Exilé et son rôle en exil

L’exil n’est rien, […] la grande souffrance consiste à rester dans son pays opprimé, la bouche bâillonnée, en face du despotisme triomphant. Émile Zola

Qui ne connaît pas la vérité n’est qu’un ignorant mais qui la connaissant la dissimule, celui-là est un criminel. Bertolt Brecht

Les ayatollahs tuent les blogueurs à l’intérieur du pays et hypnotisent les cinéphiles « pigeons » à l’extérieur grâce au Pétrolecinéma!(1)  Certaines des personnes qui vivent tranquillement à l’étranger pensent que critiquer quelques artistes « vendus » n’est pas correct. Comme si l’artiste était différent des autres personnes ! Elles attendent qu’on les encourage quand en Iran, il y a des milliers d’autres artistes (qui ont gardé leur honneur). Comme ils ne veulent pas travailler avec la régime islamique d’Iran, ils n’ont pas les mêmes facilités que les charlatans qui se sont donné le nom d’artiste.  Malheureusement,  nombreux sont ces commerçants vendus et immoraux qui, sous l’apparence d’artistes, d’écrivains, de poètes, de journalistes, de politiciens, de savants, d’avocats, de médecins… font semblant de ne pas savoir, défendent une  tendance du régime, et déforment la réalité pour leurs amis occidentaux. On doit dire à ces gens-là, ces deux vers de Saadi (l’un des plus grand poètes persans de la période médiévale): « Toi qui n’es pas touché par la souffrance des autres, tu ne mérites pas d’être appelé humain ».

Faut-il dire que, dans la mesure où ces gens-là sont soi-disant artistes, auteurs, poètes, médecins ou grands savants, l’important est alors leur savoir et non pas leur pensée humaniste ? Faut-il dire qu’ils sont donc obligés d’être au service de leurs maîtres sinon, ils n’auront pas leur salaire et pas assez d’argent pour leurs loisirs ? Faut-il dire alors qu’il faut les respecter et être à leur service ? Quel est le problème si ces gens-là se mettent au service d’un régime criminel, un régime de discrimination, un régime qui depuis trente sept ans s’est battu contre la population d’Iran dans tous les domaines ?

Comment nous, les exilés, pouvons-nous passer, aveugles et sourds, devant toutes ces souffrances et ces lâchetés ? Comment pouvons-nous encourager ces hypocrites à qui l’État islamique jette de temps en temps un morceau d’os pour qu’ils lui lèchent la main ? Il faudrait aussi dire bravo aux chefs des prisons, aux tortionnaires, aux architectes qui construisent les prisons et les ambassades, ainsi qu’aux médecins à qui ce genre de régime fait confiance?

Les médecins qui coupent les mains et les pieds des petits voleurs avec les moyens les plus modernes, ou qui soignent les dirigeants de ce régime, sont  écartés des relations avec les malades « normaux ».  Eux qui sont en train de construire et de vendre des maisons à l’intérieur et à l’extérieur du pays avec des dollars et des euros ont totalement oublié le serment d’Hippocrate. Faut-il donc leur dire bravo à ceux-là aussi parce qu’ils jouent très bien leur rôle ? Faut-il dire qu’ils doivent le faire, sinon ils n’auront pas à manger ? Qu’ils mourront de faim ? Ou bien faut-il dire que s’ils ne le font pas, d’autres le feront ? Le plus intéressant c’est que ces gens sont toujours en train de justifier et de légitimer leurs actes impardonnables et irréparables et c’est pourquoi nous pensons que leurs maîtres, pour leurs crimes contre l’humanité, et eux-mêmes (les artistes) pour les  » avoir maquillés », doivent répondre de leurs actes devant La Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.  Il ne faudrait pas non plus critiquer les dirigeants puisqu’ils jouent leur rôle ! Mais les artistes « vendus » n’ont pas de chance car il y a aussi des artistes honnêtes et courageux. Ces femmes et ces hommes courageux ont gagné l’honneur et le respect de la nation d’Iran, y compris en perdant leur propre vie, pour que les générations à venir ne disent pas que leurs grands-parents étaient inféodés aux  criminels.

(1) Pétrolecinéma = mot fabriqué par l’auteur qui désigne le cinéma réalisé grâce à l’argent du pétrole.

NB : Tous les articles parus sur notre site sont bien vérifiés et sont basés sur les dires du régime et des médias Iraniens, et comme tous le monde est au courant, la diffamation coûte très cher. Nous n’avons pas les moyens de payer les avocats, c’est pour quoi nous faisons très attention à ce que nous écrivons!

contact.artenexil@orange.fr

Association Art En Exil est la voix d’une culture humaniste, pluraliste et citoyenne, détachée de toute appartenance politique. image

Pin It

Comments are closed.